Répression judiciaire à Bordeaux : solidarité avec les Gilets Jaunes incarcéré.e.s !

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, un Etat aux abois a lancé sur les manifestant.e.s sa meute de flics, frappant, gazant et mutilant des milliers de personnes, tandis qu’un appareil judiciaire répressif n’a eu de cesse de prononcer à l’égard des interpellé.e.s des peines extrêmement lourdes, dans le but à peine voilé de faire des exemples et d’intimider celles et ceux qui, chaque samedi, persisteraient à descendre dans la rue pour exprimer leur colère.

Bordeaux n’échappe pas à cette règle : le 13 février dernier, le tribunal correctionnel a condamné à de très lourdes peines deux Gilets Jaunes présents lors du blocage du péage de Virsac – quatre mois et un an de prison ferme, avec mandat de dépôt.

Sous couvert de fermeté, ces peines scandaleuses montrent à quel point les juges de notre belle république appliquent en réalité une justice de classe contre celles et ceux qui se battent au quotidien pour le progrès social et la défense des exploité.e.s. Ces peines montrent aussi combien la justice est prompte à défendre les intérêts des multinationales qui amassent sur notre dos des richesses phénoménales – en l’occurrence Vinci, gestionnaire du péage de Virsac.

Cette violence et cette justice de classe, exercées depuis des dizaines d’années dans les quartiers populaires, sont aujourd’hui rendues manifestes aux yeux de toutes et tous, à la faveur de ce mouvement.

Les puissant.e.s pourront, elles et eux, compter sur la mansuétude des organes du pouvoir : les Balkany, Sarkozy, Juppé, Benalla et consorts pourront toujours bénéficier de traitements de faveur, d’armées d’avocats, d’années de procédures, de gardes à vue aménagées, de non-lieux.

Nous apportons tout notre soutien aux deux personnes actuellement embastillées, ainsi qu’à toutes les autres victimes de la répression d’Etat.

Crève la taule !

Le collectif Pavé Brûlant

This entry was posted in Analyses and tagged , . Bookmark the permalink.