Les colibris vous prennent pour des pigeons !

Ce qui a avant tout attiré notre attention sur la « famille des Colibris » et son fondateur Pierre Rabhi, c’est le caractère réactionnaire de leur discours et les liens entretenus avec l’extrême droite  (voir liens en bas de page).

S’ils.elles prétendent promouvoir une écologie alternative, progressiste, dans le cadre d’un mouvement démocratique,  les faits nous montrent que ce mouvement et ceux qui lui sont liés sont organisés de manière peu démocratique et qu’ils.elles fonctionnent comme une véritable entreprise capitaliste.

Nous avons pris le parti, dans cet article, de ne relayer que des documents et publications émanant directement du mouvement des Colibris, de ses sympathisant.e.s ou de son « président d’honneur », de les analyser et de nous attacher à ce qui semblent être de profondes contradictions entre le discours et les pratiques.

Les colibris et la «démocratie »

Dans son « plan démocratie » (lire ici) le mouvement des Colibris souhaite « repenser le rôle et le mandat des élus, réinventer des processus électifs, décentraliser le pouvoir, développer la responsabilité de tous »…

On peut voir que ces grandes idées ne sont pas tout à fait appliquées dans la gouvernance de l’association :

Rien de mieux pour juger du fonctionnement d’une association que d’en lire les statuts, ça tombe bien, ils sont publics et vous pouvez les trouver ici : Les statuts des Colibris

Qu’apprend-on ? Que le système de gouvernance est d’une grande complexité et fonctionne de manière complètement pyramidale et non circulaire comme annoncé. Pour résumer : il y a 6 collèges (les membres fondateurs, les membres opérationnels, les membres affinitaires, les membres des groupes locaux, les membres partenaires, et les membres cotisants). Ces collèges élisent en leur sein des membres qui vont les représenter au Cercle d’Orientation (31 personnes maximum) qui a un rôle essentiellement consultatif.  Les décisions importantes sont elles prises par le Cercle de pilotage (art 13). Ce Cercle de Pilotage est composé de 8 membres : 6 élus parmi les Cercles d’Orientation, 1 membre élu au sein du collège « opérationnel » et de Pierre Rabhi, élu par… personne. En sa qualité de « Président d’honneur » Il est membre de droit et à vie du Cercle de pilotage (chouette manière de repenser « le rôle et le mandat des élus »…).

Quant au président de l’association, il n’est pas élu par les adhérents comme dans la plupart des associations, ni même par le cercle d’orientation,  mais par ce fameux Cercle de Pilotage, qui choisit l’un de ses membres pour occuper ce rôle.

On notera également que parmi les pouvoirs du Cercle de Pilotage, il a celui de «nommer et révoquer tous les employés » (art. 16). Le terme de « révocation » n’est pas anodin et est inapproprié (on parle de licenciement dans le Code du Travail pas de révocation), il est surtout violent et retranscrit assez bien l’ambiance autoritaire de ces statuts, on est très loin de l’humanisme affiché…

En bref, si vous décidez d’adhérer au Mouvement des Colibris, n’imaginez pas pouvoir influer sur les décisions puisque celles-ci sont prises par 8 personnes (7 personnes rééligibles à vie + une personne pas élue du tout).

On est loin de la version angélique servie sur le site des Colibris (Lire ici) qui n’évoque pas ce fameux Cercle de Pilotage qui a pourtant un rôle essentiel. On y fait également l’éloge des « décisions par consentement » presentées comme le seul mode de fonctionnement, pourtant les statuts prévoient bien un vote « à l’ancienne » (« La majorité des 2/3 est par défaut le processus retenu en cas d’échec du processus de décision par consentement »), rien à ce sujet sur la page des Colibris…

Les Colibris et l’argent : sobriété heureuse… et rémunératrice

billet

Là encore, tout est public. On pourrait louer le désir de transparence des Colibris qui publient leurs comptes chaque année, or il s’agit tout simplement d’une obligation légale (la publication des comptes annuels et du rapport du commissaire aux comptes est obligatoire pour les associations et les fondations lorsque le montant total des dons et/ou des subventions au cours de l’exercice comptable atteint 153 000 €). Le Mouvement des Colibris entre très largement dans ce cadre.

Les comptes, les voici : Les comptes 2014 des Colibris. JO

Sur la page Facebook de Pierre Rabhi, on peut lire ceci, en réponse à un « Colibri » s’étonnant que Pierre Rabhi ait demandé 2 000 euros pour participer à une conférence à 100km de chez lui :

Pierre ne touche pas d'argent de ColibrisPierre Rabhi Salaire

Il suffit de lire les comptes annuels pour apprendre que Pierre Rabhi a perçu un salaire de l’association des Colibris de 12 096 € en 2014.

Il faut savoir que la fonction d’un dirigeant associatif est censée être bénévole (d’autant plus que Pierre Rabhi n’est pas Président de l’association mais Président d’honneur qui ne devrait être qu’un titre « honorifique »). L’administration fiscale autorise malgré tout une rémunération « raisonnable », qui ne peut excéder 3/4 du SMIC, soit 13 005 € par an en 2014. Rien d’illégal donc… mais pas tout à fait en adéquation avec « l’éthique » annoncée par le bonhomme.

On voit donc dans cette vidéo un homme qui semble complètement détaché des biens matériels. Pourquoi demande-t-il alors à être rémunéré pour une fonction de président d’honneur qui est habituellement bénévole ? Si cette rémunération reste modeste, elle s’ajoute aux droits d’auteurs du « paysan/philosophe » (auteur de plus d’une quinzaine de livres en son nom, et de participations à des dizaines d’autres), aux montants demandés par conférence (visiblement 2 000 €) et peut être d’autres sources de revenus liés à ses nombreuses activités. Si ces revenus étaient reversés à l’association, ils apparaîtraient dans les comptes annuels, nous n’en voyons pas trace… Il y a donc encore une fois un gouffre entre le discours affiché et la réalité.

Quant au financement des « nombreux projets initiés » par l’association, on cherche encore… La plupart des « actions » menées par les Colibris sont le fait des groupes locaux et n’apparaissent donc pas dans les comptes de l’association parisienne.

Les comptes, justement, revenons-y :

Le mouvement des Colibris a eu 757 937 € de charges en 2014, pour 785 604 € de produits.

D’ou viennent ces 785 604€ ? Essentiellement des dons (« dons des colibris » : 473 398 €, « dons des colibris/mailing » : 16 398 €, « particuliers importants » (sic) : 13 200 €…). La vente de marchandises et la boutique en ligne ont rapporté 128 174 €. C’est donc principalement l’argent des sympathisant.e.s qui fait tourner la boutique, on comprend mieux pourquoi certain.e.s d’entre elles.eux ont l’impression d’être pris.e.s pour des vaches à lait (bio).

Avis colibris 1Avis Colibris 2

Une nouvelle forme de collecte de dons vient d’ailleurs d’être mise en place, et les colibris commencent sérieusement à saturer…

Livret Nef

Réaction nefRéaction Nef 2Maintenant que nous avons vu d’où provenaient les ressources des Colibris, voyons comment cet argent est dépensé :

Il y a bien sûr les charges de fonctionnement « classiques » : loyer, téléphone, etc…

Mais plusieurs choses ont attiré notre attention, notamment le montant versé à Céline Morel (non pas en salaires mais en « charges diverses ») : 42 500 € en 2014.

Céline Morel est présentée sur le site des Colibris comme étant en charge de la communication de l’association, elle est également consultante à EMMAPOM.com, agence en charge des relations média de Pierre Rabhi et des Colibris.

Céline MorelEt justement, on retrouve également EMMAPOM.com dans les dépenses des Colibris, à hauteur de 9 378 € en 2014. Ca fait donc presque 52 000 euros dépensés en communication, au profit de Céline Morel et de son agence, de quoi vivre « sobrement » !

Edit – La responsable de l’agence Emmapom.com nous a contacté.e.s pour nous demander d’apporter un rectificatif : Céline Morel n’est plus consultante dans cette agence depuis 2012. Céline Morel touche donc à titre personnel 42 500 euros pour assurer la communication des Colibris, mais visiblement cela n’est pas suffisant, puisque l’association doit également faire appel à une agence extérieure… Il n’en demeure pas moins que le budget affecté à la communication dépasse les 50 000 euros.

D’autres choses sont assez frappantes : certaines personnes ont reçu des sommes d’argent, parfois seuls leur prénoms apparaissent (« Cyril », « Alain »). On trouve par exemple une somme versée à Cyril Dion (7 770 €), ancien directeur de l’association , compagnon de Mélanie Laurent et réalisateur du film Demain, qui, s’il ne touche plus de salaire, continue à percevoir cette somme sans que l’on sache à quoi cela correspond. Le manque de transparence de ces comptes nous semble d’autant plus choquante qu’il s’agit d’une association au budget aussi important et presque intégralement financée par des donateurs.trices.

On cherche encore et toujours dans ces charges, le financement d’actions concrètes, et on a du mal à trouver, à part la campagne (R)EVOLUTION qui a couté 21 848 € (encore de la com’), quelques participations à des forums ou des festivals, et 10 324 € reversés aux groupes locaux (ce qui est dérisoire  comparé au 785 604 € engrangés par l’association).

Si nous nous sommes attaché.e.s principalement à étudier l’association « phare » des Colibris, autour d’elle gravitent plusieurs autres associations, publications et même un monastère !

La « famille » Colibris

« Autour de Pierre Rabhi »

Autant de structures appelant aux dons, proposant des stages aux prix prohibitifs, faisant travailler des gens gratuitement… La petite entreprise Rabhi ressemble décidément de plus en plus à une multi-nationale. D’ailleurs chacune de ces structures fait la promotion des autres (on vous l’a dit, la com’, ils maitrisent !)

On vous laisse consulter le prix des stages « Terre et Humanisme » (1 seul repas compris et sans hébergement) : Prix des stages Terre et Humanisme

D’ailleurs si vous voulez aller jeter un oeil sur leurs comptes, ils sont eux aussi publics… et plein d’enseignements ! Comptes « Terre et Humanisme »

Il y a aussi les formations proposées par la Ferme des Amanins. Pour exemple, le prochain stage necessitera de votre part un effort financier de 643 euros en pension complète pour 46 heures de formation. Les réactions de personnes potientellement intéressées (trouvées au milieu d’autres interventions encensant aveuglement le grand philosophe) :

Amanins

amanins 2

Si vous ajoutez à ces formations, l’abonnement à la revue Kaizen (50 euros par an), l’inscription de votre enfant au hameau du Buis, école tenue par la fille de Pierre Rabhi, pouvant aller jusqu’à 3 000 € par an (cantine non incluse, ajoutez 560 € de plus si vous souhaitez que votre enfant soit nourri) auxquels il faut ajouter 60 heures de travail effectués par les parents (comment on appelle le fait d’obliger à travailler des gens sans les payer déjà ?) (voir tarifs), le merchandising, les DVD, l’entrée aux conférences de Pierre Rabhi, etc… Etre un « bon » colibri coûte cher, très cher…

Nous trouvons condamnables ces pratiques qui abusent de gens qui souhaitent légitimement « changer la société », repenser leurs modes de consommation, sortir l’agriculture de l’impasse productiviste polluante, et nous les invitons donc à se rapprocher d’autres associations, moins médiatiques mais certainement plus saines et respectueuses de leurs adhérent.e.s et de leur salarié.e.s et surtout moins complaisantes avec l’extrême droite !

En savoir plus sur les liens entre le « clan Rabhi » et l’extrême droite :

https://pavebrulant.noblogs.org/post/2014/11/01/les-colibris-retour-sur-un-groupe-ecolo-reactionnaire/

https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/270315/pierre-rabhi-naturellement-reac-gentiment-homophobe

http://afis-ardeche.blogspot.fr/2012/09/humanisme-notre-visite-chez-des.html

(nous savons que l’AFIS est une association contestée et accusée de liens avec Monsanto, cependant, cet article étant parfaitement étayé, il nous a semblé important de le relayer malgré tout)

https://rebellyon.info/Le-clan-Rabhi-a-l-avant-garde-de-la-confusion

http://www.egaliteetreconciliation.fr/_Pierre-Rabhi_.html (attention, ce lien mène au site fasciste d’Alain Soral)

 

This entry was posted in Analyses. Bookmark the permalink.