Retour sur la contre-soirée antifasciste du 3 mai 2017 à Bordeaux

Mercredi soir dernier, plutôt que d’être isolé.e.s devant sa télé à regarder s’écharper le guignol libéral et l’épouvantail fasciste , on s’est retrouvé.e.s à 300 au pied de la flèche saint michel à Bordeaux pour échanger, partager une bouffe populaire gratuite et profiter d’un concert sauvage.

Chorale révolutionnaire Le Cri du Peuple

Sous la pression des huit camions de gendarmerie positionnés cours Victor Hugo (« protégeons les quartiers bourgeois! »), sous le regard interloqué et (pour une fois) distant des quelques baqueux et autres GM en tenue de combat, on s’est joyeusement réuni.e.s sous la bannière antifasciste.

 

Intervention des camarades kurdes

On a écouté les chants de rage et d’espoir de la chorale Le Cri du Peuple ; on a écouté les interventions combatives et émouvantes des camarades kurdes, de la CNT, de Sud PTT, des Ingouvernables, du Clef, d’OCT, de Solidaires Etudiant.e.s, du GAB, des Enfants de Coluche, du collectif Georges Ibrahim Abdallah et du collectif Adama ; les copains de Kapø Blöd ont fait trembler les vitres de la place ; le rappeur Guezess nous a fait un set puissant ; ça s’est fini en feu d’artifice et certain.e.s ont décidé de partir en manif jusqu’à la place la Victoire.

C’est un symbole, mais il fallait le faire : face à tout ce cirque déprimant, il fallait qu’on puisse l’espace de cette soirée se ré-approprier la rue, montrer qu’on était là, affirmer qu’on se battrait quoi qu’il arrive dans les jours, les semaines et les mois qui viennent.

Un grand merci aux copains et copines qui nous ont aidé.e.s, ils et elles se reconnaîtront.

Parce que la solidarité est une arme ; parce que sans justice il n’y aura pas de paix
Parce que nous sommes des millions ; parce que les asthmatiques se vengeront
Parce que nos colères ne sont pas vaines ; parce que la rue est à nous
Parce que l’optimisme de la volonté ne doit jamais céder au pessimisme de la raison
Parce que nous n’oublierons jamais
Parce que Zyed et Bouna ; parce que Théo
Parce que Rémi ; parce que Malik Oussekine
Parce que Clément ; parce que Adama
Parce que tant d’autres
Parce que nous savons que nos combats ne seront pas sans lendemain
Parce que le Rojava
Parce que nous n’accepterons jamais ; parce que nous nous relèverons toujours
Parce que c’est notre projet

Nous les ferons chier pendant cinq ans et tant qu’il le faudra !

This entry was posted in Actions. Bookmark the permalink.